Santa Ana

Juayua

El Tunco , El Cuco

Faune-flore

Diaporama

 

   

 

Cliquez agrandissez

 

 

Avec ses 21 000 km2, le Salvador est le plus petit pays d'Amérique latine.

Comme le drapeau du Honduras et du Nicaragua, les couleurs bleues et la couleur blanche flottent. Seules diffèrent les armoiries qui ornent le centre.

 

 

Ici les distributeurs ne délivrent que le dollar us. La monnaie du pays...

Mon court séjour ne m'a pas permis de visiter la capitale : San Salvador.

 

 

18 février 2015, je passe la frontière à pied entre le Guatemala et le Salvador. Après les formalités d'usage de part et d'autre, j'embarque dans un bus, direction Santa Ana. Je ne resterai que dix jours dans ce petit pays combien sympathique et joli. Un pays dans lequel je ne pensais pas aller si des voyageurs rencontrés ne m'avaient conseillé de le préférer au Honduras hautement dangereux.

 

haut




Vue plus large ? Clic sur l'image

Pour qui aime les volcans, on a le choix au Salvador. On dirait que chaque ville a le sien. La tranquille cité de Santa Ana en a trois : Santa Ana, Cero verde et Izalco. Hélas l'excursion au Santa Ana a avorté. Après avoir descendu 500 marches et monté des pentes raides à travers forêt et champ de cactus, le vent violent nous a obligé à rebrousser chemin. Quelle déception ! Nous voilà privés du splendide lac de cratère d'une belle couleur turquoise. Les photos trouvées sur la toile ne consolent pas. Cependant nous avons eu la vue plongeante sur l'Izalco. Un cône noir, des stries de lave et des fumerolles qui s'échappent du cratère. Il est cependant moins terrible que son voisin qui en 2005 tua des travailleurs dans un champ de café.


Vue plus large ? Clic sur l'image


 

La culture du café est importante ici. La terre volcanique est riche et le climat favorable. Les alignements des plants couvrent les collines en créant d'étonnants dessins, comme ici dans le village de Salcoatitán.

 

 

 

 

 

 

 


Près de Santa Ana, il y a Juayua et d'autres petites localités qui s'échelonnent le long de la route de Florès. Il est facile d'aller de l'une à l'autre grâce aux nombreux chiken-bus. La campagne environnant Juayua est très rafraîchissante avec ces cascades qui jaillissent au milieu de la jungle. Les fleurs multicolores y trouvent leur bonheur et les arbres sont si grands qu'on s'attend à chaque instant à croiser Tarzan.
Et si ... le rêve devenait réalité :-)

 

 

 

 

Si la gastronomie était à l'honneur à Juayua,
à Salcoatitán c'était la fête du yuca (nom sud-américain du manioc (Manihot esculenta)).

 

 

J'avais déjà mangé du yuca dans une soupe et là je l'ai dégusté à la mode astèque : une partie bouillie, l'autre frite accompagnée de petits poissons séchés, de fines tranches de coeur ou de rognon. Bien meilleur qu'une pomme de terre.
La délicieuse cuisine locale vaut la peine de s'attarder et de partager des moments privilégiés avec les gens du cru, à l'ombre de grandes tentes rouges.

 

Une vue du joli village de Salcoatitán où chaque maison est décorée

 

haut


 

Avec quatre autres personnes de l'auberge, j'ai migré vers la côte pacifique. La playa del Tunco, un spot de surf pas désagréable du tout. Hébergement en dortoir, piscine dans la cour, la mer à deux pas, une cuisine à disposition, des restaurants très abordables avec des ceviches et autres poissons succulents ! Et puis des rencontres étonnantes comme Julien, un jeune Réunionnais qui connaît St Leu et mes enfants.

 




Cliquez agrandissez toutes les images CLIC

 


Comme je n'étais pas pressée de passer au Nicaragua, j'ai voulu tenter une autre plage près de la Union : El Cuco. Hélas ! Si vous avez l'intention de vous dorer la pilule au Salvador, évitez ce coin où on vous prend pour Crésus. Chers comme je n'ai jamais vu en trois mois de voyage pour des lieux sales et sans aucun attrait. Je place cette station dans les oubliettes, sauf peut-être les longues plages de sable fin fréquentées par de nombreux oiseaux divers et variés. Mouettes, sternes, goélands, hérons et autres échassiers qui pêchent et des frégates qui se partagent le ciel avec les urubus rouges en attendant de pouvoir déguster les poissons impropres à la consommation. A moins d'un kilomètre par une piste ou par la plage à marée basse, la plage de Florès a eu ma préférence. Plage de pêcheurs, très calme, quelques dollars de moins pour une chambre récente, propre avec grande salle d'eau.

 

Cliquez, agrandissez


Cette dernière étape m'a décidée de filer directement au Nicaragua. El Cuco, San Miguel, la frontière El Amatillo avec le Honduras, passage obligé pour atteindre le Nicaragua par la terre.

Ne partez pas si vite, d'ailleurs les pages du Nicaragua et du Costa Rica ne sont pas en ligne, regardez le diaporama et la galerie de la faune et de la flore. c'est juste au-dessous.


haut


 

La faune et la flore en images

 



haut


Sinon les autres pays de la Méso-Amérique.

 


Vamos Mexique

Vamos Guatemala

Vamos Salvador

Vamos Nicaragua
Vamos Costa Rica

Mes autres pages Images et mots Poussières du monde Brindilles du monde Phototextes Etats de lune Liens Livre d'or Contact

Créé le 6 novembre, 2015
Modifié le 15 octobre, 2016

© Méso-Amérique -2014/15, Mireille Jeanjean. Les textes et les photos édités sur ce site sont la propriété de l'auteur...
Lisez, regardez et pour toute autre utilisation, contactez-moi.
contact